Réforme de la politique régionale 2014-2020 : Plus écolo mais plus austère !

Mercredi 20 novembre 2013, le Parlement européen a adopté en session plénière la réforme de la politique régionale pour la future période de programmation 2014-2020. Un vote déterminant pour le développement des territoires, qui survient après deux ans de négociations avec le Conseil et la Commission européenne.

A mon sens le résultat est mitigé:

Le travail de négociation de mon groupe politique au sein de la Commission du développement régional a été exemplaire et nous avons obtenu des financements plus importants pour la promotion et la protection de l’environnement, donnant un rôle clé aux régions dans la transition énergétique. Des prérogatives sociales et environnementales accompagnent maintenant la distribution des Fonds, et les enveloppes dédiées aux régions ultrapériphériques sont plutôt satisfaisantes au vu du contexte d’austérité dans lequel la réforme s’est négociée, et je m’en réjouis.

Néanmoins, nous avons tenté, jusqu’au vote final (où nous nous sommes abstenus), d’exclure les principes de macro-conditionnalités, proposition sur laquelle nous n’avons pas réussi à obtenir de majorité.

Malgré une bataille politique acharnée, les clauses de macro-conditionnalités ont été incluses dans notre nouvelle politique de cohésion : il s’agit d’outils économiques qui dictent les règles d’une politique de solidarité ! Alors que l’objectif premier est de réduire les disparités entre nos régions européennes, et d’aider les plus vulnérables à se développer de manière durable, cet outil économique aura le pouvoir de suspendre les Fonds alloués aux régions si l’État membre en question ne respecte pas le Pacte de stabilité budgétaire. Autrement dit, si l’État-membre n’est pas en mesure de maîtriser ses déficits publics, ce seront les régions qui seront pénalisées, sans pouvoir réagir. C’est incongru !

Le rôle du Parlement européen s’achève donc avec ce vote, il s’agit maintenant de travailler en collaboration proche avec les États-membres pour assurer que cette nouvelle politique régionale soit à la hauteur des batailles gagnées par les écologistes.

 

Remonter